Les compétences clés d’un avocat fiscaliste 

Le droit fiscal est complexe : il requiert de solides connaissances et un savoir-faire établi. C’est pourquoi les avocats fiscalistes sont indispensables pour le bon déroulement de certains projets. Si l’un de vos objectifs personnels ou professionnels vous amène à échanger avec un avocat fiscaliste, sachez que ce dernier doit posséder certaines aptitudes et compétences pour être à la hauteur de sa mission.

Qu’est-ce qu’un avocat fiscaliste ?

Le droit fiscal est extrêmement complexe : c’est pourquoi il est nécessaire de faire appel à un avocat fiscaliste pour vos démarches fiscales. Il est notamment contacté par des sociétés du domaine fiscal, juridique et contentieux.

Le principal rôle de ce professionnel est de conseiller les entreprises sur les différents projets qu’elles souhaitent réaliser : acquisition, fusion, implantation à l’étranger, investissement futur, etc. L’avocat fiscaliste contribue au montage financier de ces projets, et il anticipe toutes leurs conséquences fiscales. Il est également chargé de trouver la meilleure option fiscale possible : en considérant toutes les solutions à sa disposition, il choisit le régime fiscal le plus adapté pour que la société puisse payer le moins d’impôts possible, tout en respectant les lois en vigueur. De plus, en cas de contrôle, c’est l’avocat fiscaliste qui doit défendre les intérêts de l’entreprise avec laquelle il travaille, et de justifier des choix fiscaux qui ont été faits.

L’avocat fiscaliste peut appartenir à un cabinet d’avocats, où il exerce généralement 8 heures ou plus par jour en fonction de la quantité de travail. Mais ce professionnel peut également exercer en tant qu’avocat fiscaliste indépendant : ses horaires de travail dépendent alors de ses clients et des projets qu’ils lui confient. Dans certains cas, un indépendant doit donc travailler sur un projet en continu jusqu’à l’achèvement total de celui-ci.

Article qui pourrait vous intéresser :  L'avocat et l'urbanisme : une nécessité pour votre construction

Les compétences d’un avocat fiscaliste

Pour exercer le métier d’avocat fiscaliste, il faut tout d’abord posséder de solides connaissances en finance, en droit, en comptabilité et en langues étrangères. Il faut aussi être curieux et aimer apprendre : il est nécessaire de mettre régulièrement à jour ses connaissances et de se tenir informé des évolutions des lois fiscales et du secteur. Il est aussi préférable d’être capable d’émettre un jugement critique et objectif.

Un avocat fiscaliste doit également faire preuve de rigueur et avoir un bon sens de l’organisation, puisqu’il doit être capable de gérer des urgences en rapport avec ses dossiers. Il doit être à l’aise avec la gestion administrative, car sa profession l’exige. Il doit savoir s’adapter en toutes circonstances, et être rigoureux dans la pratique de son métier.

Enfin, ce professionnel doit être capable de s’exprimer avec aisance, et de faire preuve de pédagogie pour pouvoir expliquer posément des notions complexes de droit à ses clients. Il doit avoir le sens du service, mais aussi une bonne capacité d’écoute pour pouvoir prêter une oreille attentive à ses clients. Il est nécessaire qu’il aime relever des défis, et mette en œuvre un esprit de synthèse et d’analyse pour y parvenir au mieux.